« Avec du soleil, même un cimetière est gai » (Tchekhov)

Parmi la multitude de variétés de parcs et jardins, se détache une catégorie bien distincte; celle des cimetières. Les plus étendus et arborés d'entre eux sont paradoxalement des lieux emplis de vie, où les végétaux séculaires jouent avec le soleil, où les oiseaux s'en donnent à cœur joie, posant indifféremment sur la pierre d'un inconnu ou d'un illustre être humain, et où il fait bon laisser vagabonder ses pensées. Ci-dessous, les instantanés de quatre cimetières français remarquables, qui vous donneront probablement une petite idée de mon obsession pour les portes des tombeaux. Métal rouillé, peinture craquelée et mousse envahissante, le tout dans un écrin pierreux; une esthétique presque évidente! Cimetière Miséricorde (Nantes) Le "Père Lachaise nantais" Cimetière de Montmartre (Paris) Dénivelés et curiosités sous le viaduc La plus étrange tombe que j'aie jamais vue... Cimetière du Montparnasse (Paris) Petit frère du Père Lachaise Cimetière de Passy (Paris) Grandiloquence   Mausolée de Marie Bashkirtseff Inscription sur le monumental mausolée de Marie Bashkirtseff Peintre et sculptrice d'origine ukrainienne, Marie Bashkirtseff a passé l'essentiel de sa vie en France. Son Journal, tenu sans interruption depuis l'âge de 12 ans jusqu'à sa mort à seulement 25 ans, est aujourd'hui conservé à la BNF. J'en aime particulièrement cet extrait, datant du 9 mars 1879: Savez-vous que c’est une grande consolation que d’écrire ! Il y a des choses qui vous détruiraient si vous ne les destiniez à être lues et par conséquent « divisées à l’infini ». Son tableau Un meeting, présenté au Salon de 1884, est aujourd'hui exposé au musée d'Orsay.